2016-08-10Palmarès 2016

Le site est présentement en construction. Toutes les informations et horaires n'ont pas encore été mis en ligne.
Revenez régulièrement visiter le site pour découvrir les nouveautés!

Auprès d’êtres blessés, ignorés et souvent méprisés, telles des éclairs sur un ciel bouché, ont été saisies de grandes  séquences d’humanité et d’espoir.  Pour avoir amené le merveilleux d’une légende ancienne dans la prosaïque réalité contemporaine des sans domicile fixe et pour avoir saisi que, sur les débris de leurs rêves brisés, les  hommes rêvent encore;

Le jury de Présence autochtone 2016 accorde le grand prix Teueikan à Mekko de Sterlin Harjo (USA)

°°°°°°°°°°°°° 

Un homme construisait des ponts pour que la cosmovision ancestrale des Kogis de la Sierra Nevada de Santa Marta soit mieux entendue des siens. Sa voix s’est éteinte quand il fut tué par des narcotrafiquants. Mais elle nous est restituée dans une vidéo pour mémoire : et le voici à nouveau, doux et entêté militant des droits des peuples autochtones, qui nous parle de fraternité humaine au-delà des races, des langues et des croyances.

Gentil Cruz, passeur de mémoires, l’émouvant documentaire hommage à un homme grand et humble, par Philippe Brulois (France-R-U), mérite le grand prix Rigoberta-Menchu du festival Présence autochtone de Montréal.

°°°°°°°°°°°°°

Pour avoir capté la dignité offensée de tout un peuple qui se présente sous  les traits d’un militant maori traîné en procès par l’implacable machinerie d’un appareil colonial qui réprime et condamne toute velléité de libération, mais surtout pour avoir documenté l’historique réconciliation qui arrive en conclusion des douloureux événements qu’il nous fait revivre;

Le jury de Présence autochtone 2016 accorde le deuxième prix Rigoberta Menchu à The Price of Peace, de Kiw Webby (Nouvelle-Zélande), un  documentaire porteur d’espoir.

Récit savamment déréglé qui se donne un certain air d’insouciance, Chasing the light offre un art consommé du cadrage qui témoigne d’un amour inconditionnel du cinéma. Pour ces plans qui font du paysage un personnage à part entière et pour cette luminosité, annoncée dans le titre, que l’on retrouve dans les images d’une certaine bohème artistique du Nouveau Mexique; Chasing the light de Blackhorse Lowe (USA) obtient le prix de la Meilleure direction photo décerné par le jury de Présence autochtone 2016.

°°°°°°°°°°°°°

Avec une exemplaire sobriété de moyens, la réalisatrice nous fait saisir le tournant existentiel qui s’effectue dans l’âme d’une adolescente troublée. Pour une écriture précise et économe qui va à l’essentiel et nous transmet tous les ouragans émotifs de l’adolescence dans des images épurées où nul artifice ne vient amortir l’impact du récit :

Bluey de Darlene Johnson (Australie) se voit attribuer le prix du Meilleur court-métrage par le jury de Présence autochtone 2016

°°°°°°°°°°°°°

Qui une sœur ou une cousine, qui une conjointe ou une amie, plusieurs cherchent à retrouver un être disparu dans cette funeste vague qui a frappé tant de communautés autochtones au Canada. Pour avoir capté la détresse mêlée de courage et la détermination teintée de désolation qui motivent ceux qui recherchent au hasard dans la rivière Rouge le corps d’un être cher, le jury de Présence autochtone 2016 accorde un prix Coup de cœur à this river le court-métrage d’Erika MacPherson et de Katherena Vermette (Canada).

°°°°°°°°°°°°°

Les imperceptibles liens qui unissent les hommes à la forêt dans une relation fusionnelle et l’invisible force spirituelle qui naît de de cette symbiose habitent chaque moment de ce film sensible, soutenu par une photographie attentive à l’âme des choses et à la beauté des visages.

Le prix Séquences du Meilleur documentaire de Présence autochtone 2016 est remis à Kome Urue - Los Niños de la selva du réalisateur colombien Carlos Felipe Montoya.

°°°°°°°°°°°°°

En donnant résonnance à la voix citoyenne qui défend l’intégrité des espaces naturels contre l’avidité des transnationales aurifères, un film est devenu lui-même un phénomène de société, appelant au soulèvement des consciences contre les projets pharaoniques destructeurs.

Hija de la laguna (Pérou) d’Ernesto Cabellos Damián se voit décerner une mention spéciale dans la catégorie documentaire par le jury Séquences de Présence autochtone 2016

°°°°°°°°°°°°°

Dans un monde numérisé, faire entendre l’écho des violoneux métis nous ramène à l’essentiel et s’ensuit, sur l’écran de nos mémoires, une kyrielle d’images associées aux cosmovisions des peuples voyageurs familiers des étoiles, des remous tulmultueux et des territoires fabuleux où ciel et terre se rencontrent.

Tel un électronique perlage, Returning fait scintiller les étoiles dont on rêve encore dans un moi intérieur jamais totalement domestiqué, toujours avide de routes à parcourir. La brillante réalisation d’Élizabeth LaPensee (USA) se mérite donc le prix du meilleur film d’animation décerné par le jury du festival Présence autochtone 2016.

°°°°°°°°°°°°°

Dans une même année, Sonia Bonspille-Boileau a réussi l’exploit de réaliser son premier long-métrage fiction, Le Dep, et de faire un documentaire bilan sur les transformations que la crise d’Oka aura provoquées dans la société canadienne et dans la perception qu’ont d’eux-mêmes les peuples autochtones du Canada, et se mérite le prix APTN 2016 pour son travail soutenu de cinéaste des Premières Nations.

°°°°°°°°°°°°°

Nous attestons par la présente que Qipisa de Myna Ishulutak s’est mérité le Prix de la relève décerné par Main Film dans le cadre du festival Présence autochtone 2016. Main Film est une co-op pour cinéastes indépendants à Montréal.

 

Prix Teueikan (Création):
Mekko, Sterlin Harjo, USA 

Prix Rigoberta Menchu (communautés):

Premier Prix Rigoberta Menchu
Gentil Cruz, passeur de mémoires, Philippe Brulois, France/R-U 

Deuxième Prix Rigoberta Menchu
Price of Peace, The, Kim Webby, Nouvelle-Zélande 

Prix Meilleur court métrage:
Bluey, Darlene Johnson, Australie 

Coup de cœur du jury:
This River, Erika MacPherson, Katherena Vermette, Canada

Prix direction photo:
Chasing The Light, Blackhorse Lowe, USA 

Prix Séquences, meilleur documentaire:
Kome Urue. Los niños de la selva, Carlos Felipe Montoya, Colombie

Mention catégorie documentaire:
Hija de la laguna, Ernesto Cabellos Damián, Pérou 

Prix meilleure animation
Returning, Elizabeth LaPensee, USA 

Prix Relève, Main Film:
Qipisa, Myna Ishulutak, Canada 

Prix APTN:
Sonia Bonspille Boileau (Le Dep, The Oka Legacy)